Les amateurs en taxonomie

Philippe Clerc philippe.clerc at CJB.VILLE-GE.CH
Wed Feb 5 09:48:54 CST 2003


Jacques Melot wrote:

>    Au train où vont les choses, avec cette surestimation mythique de
>la science qui mène aux abus liés à la taxinomie moléculaire et à une
>science-spectacle, bientôt tous les taxinomistes dignes de ce nom,
>c'est-à-dire ayant une expérience profonde de la nature, seront
>nécessairement des amateurs (oui, ici « faut généraliser » !). Après
>tout, n'est-ce pas tant mieux ? (Cf. plus haut votre « mess created
>by professionals ».)
>
>    Quant aux difficultés crées par les amateurs, elles sont bien
>réelles, mais c'est l'arbre... disons le bosquet, qui cache la forêt.
>Puisque vous évoquiez les Basidiomycètes, les erreurs des
>professionnels de la mycologie sont innombrables (à commencer par des
>séparations génériques indues) et d'autant plus infamantes qu'elles
>proviennent de chercheurs qui, souvent, s'abritent derrière leur
>statut et sont aussi les premiers à traiter de haut les soi-disant
>amateurs. L'outil moléculaire est, consciemment aussi bien
>qu'inconsciemment, utilisé comme arme pour prendre encore plus de
>distance et pour accroître un pouvoir. Une foule d'interventions sur
>ces questions montrent aussi un enthousiasme puéril, excessif et
>quasi fanatique de plus en plus étranger à la science, comme si elles
>provenaient de chercheurs trop jeunes et qui n'ont pas encore réussi
>à assimiler des connaissances encore toutes fraîches, et pour qui la
>science n'est qu'un prétexte ou un exutoire à un narcissisme
>torturant.
>
>    Jacques Melot
>

Je respecte énormément les amateurs en sciences naturelles. En ce qui
concerne les études taxonomiques, je connais de nombreux amateurs, que je
nommerai "amateurs éclairés", qui contribuent de manière décisive, et
parfois bien plus que nous, les professionnels (ils ont plus de temps à
disposition et moins d'administration!), à l'avancement de la connaissance
des organismes. Malheureusement, je dois constater qu'ils existe de très
nombreux moutons noirs, des amateurs dans le mauvais sens du terme, et ceci
tout particulièrement en mycologie, dans le cadre de l'étude des
basidiomycètes: des amateurs, "pseudo-biologistes" et
"pseudo-taxonomistes", qui n'ayant absolument aucune idée de ce qu'est
l'idée de variation chez les organismes qu'ils étudient, ou aucune notion
de biologie des populations, décrivent à tour de bras des dizaines de
nouveaux taxons.   Et, ici, le commentaire de Hendrik Segers ("professional
taxonomists will have to again spend years to clean up the mess created by
some (!) of these ardent amateurs...") prend toute sa dimension. Les futurs
ou actuels taxonomistes professionnels qui étudient le genre Cortinarius
ont ou auront du pain sur la planche!!

Philippe Clerc

Philippe Clerc
Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève
Case postale 60
CH-1292 Chambésy/GE
Switzerland

Tél.:  +41-22-418 51 28
Fax.: +41-22-418 51 01
E-mail: philippe.clerc at cjb.ville-ge.ch




More information about the Taxacom mailing list